Eté 2006: le scandale Calciopoli éclate

Le 11 mai 2006, tout le Conseil d'administration du club démissionne suite à la publication d'écoutes téléphoniques compromettantes qui mettaient en lumière des liens de complicité embarrassants entre Luciano Moggi (alors directeur général) et un responsable de la Fédération Italienne de Football chargé de désigner les arbitres. Un scandale qui aura un lourd impact puisque la Juventus sera purement et simplement reléguée en Serie B en juillet 2006.

C'est donc la fin d'une histoire d'amour longue de douze années entre la Juve et la "Triade", qui aura permis au club de remporter pas moins de 10 titres (6 scudetti, 1 Ligue des Champions, 1 Coupe Intercontinentale, 1 Coupe d'Italie et 1 Supercoupe d'Italie).

Fin juin 2006, l'Assemblée des actionnaires élit en urgence le nouveau Conseil d'Administration du club: Giovanni Cobolli Gigli est le nouveau président, Jean-Claude Blanc devient administrateur délégué et directeur général, Franzo Grande Stevens devient président honoraire.

Quelques précisions concernant Calciopoli:

A ce jour, la justice sportive italienne n'a jamais su prouver qu'il y avait eu des matches truqués. Au contraire, il a été démontré que la saison 2004-05 avait été légitime et régulière. La saison suivante n'a jamais fait l'objet de la moindre enquête et il n'a donc jamais été prouvé que la Juve avait été complice du moindre acte frauduleux. Il n'y a pas non plus eu la moindre trace de corruption, la justice parlant plutôt de tentatives de fraude échouées. Toujours est-il que les deux titres ont été injustement retirés à la Juventus, le premier ayant été laissé vacant, le second ayant été attribué à l'Inter (deuxième lors de la saison 2005/2006).

Durant des années, la justice a tenté de faire l'éclairage sur toute cette affaire qui a fortement entaché l’image du football italien. Il a notamment été prouvé que les pratiques qui ont engendré la descente aux enfers de la Juventus étaient des pratiques généralisées dans tout le Calcio. Tous les dirigeants passaient des appels téléphoniques aux désignateurs arbitraux. Des coups de fils qui n'étaient par ailleurs en aucun cas interdits par le règlement. Ce sont les rapports directs avec les arbitres qui étaient interdits, ce pour quoi la Juventus et ses dirigeants n'ont jamais été impliqués ou condamnés. Moggi n'a pas non plus enfermé dans son vestiaire l'arbitre Gianluca Paparesta à l'issue de la rencontre Reggina-Juventus en 2005, comme le laissaient croire certains (une information confirmée par Papresta lui-même). Le Parquet de Reggio Calabria ayant classé cette affaire sans suite ! Les verdicts de la Justice ont prouvé que Juventus et son directeur général Luciano Moggi avaient avant toute chose joué le rôle parfait de bouc émissaire alors que les pratiques étaient clairement généralisées dans le système Calcio.

De nombreux autres enregistrements téléphoniques ont refait surface par la suite. Au total, 180 000 appels ont pu être analysés et ils ont permis de démontrer et confirmer que ces faits étaient bien généralisés. Luciano Moggi a fait appel à plusieurs avocats pour défendre ses intérêts. Après avoir passé au crible l’intégralité des appels, ils ont pu apporter des preuves qui dédouanaient leur client et qui ont notamment permis de mettre en lumière les pratiques frauduleuses d’autres clubs, pourtant absents de ce procès de grand ampleur qui aura entâché l'image de la Juventus durant de plusieurs mois et années. En première ligne, l’Inter de Milan qui aurait pu être accusé de fraude sportive et qui risquait très gros. “Aurait” car la justice a laissé traîner les choses pour éviter de relancer et recommencer tout le procès. Surtout, diront certains, pour pouvoir évoquer la prescription (définition: Délai prévu par la loi, passé lequel la justice ne peut plus être saisie) à quelques jours près et donc ne pas pouvoir condamner le club nerazzurro qui porte aujourd’hui à le surnom de club “prescrit”. Au vu des nombreuses incohérences et contradictions, ce scandale sera également surnommé “Farsopoli”, car considéré par certains comme une vraie farce !

Lire la suite de l'histoire:

1897-1923: la création et les débuts de la Juventus

1923-1947: un premier cycle riche en succès

1947-1971: une période légendaire

1971-1993: l’ère Boniperti

1994-2006: les succès de la Triade

2006-2007: tout repart de la Serie B

2007-2010: une reconstruction difficile

2011 à aujourd’hui: la Juventus de tous les records

Copyright © 2018 JUVENTUS-FR.COM - Tous droits réservés.

Juventus-fr.com est le site de la première communauté francophone de la Juventus de Turin. Il vous permet de suivre toute l'actualité de la Juventus, en français. Actualité générale, Interviews, Calendrier, Classement, Mercato, Juventus Women, Primanvera, Jeunes,...

Site réalisé par l'Agence web Atoneo

Ce site n’est pas le site officiel de la Juventus Football Club S.p.A. – Les marques, signes, et écusson sont la propriété exclusive de la Juventus – Le site officiel de la Juventus est www.juventus.com