La lettre ouverte d’Anthony L.

Pour la première fois depuis sa création, Juventus-fr.com donne aux tifosi juventini l’occasion de s’exprimer, de partager leur état d’esprit, leur passion et leur amour pour la Juventus.  Pour inaugurer cette nouvelle initiative, nous avons choisi une lettre ouverte de Anthony L. qui tenait à partager avec nous sa très belle et émouvante histoire :
(envoyez-nous votre lettre/article/coup de gueule à l’adresse webmaster@juventus-fr.com)


Quand je suis venu au monde, je suis né dans une famille de Juventini.

Avec un père aimant regarder les résumés des matchs sur 90 minuto (Rai Uno) et un frère collectionnant les livres, images, posters, cassettes, ect…

Et puis il y avait moi. Je n’avais vraiment aucun plaisir à regarder le Foot. Étant plus jeune, je préférais jouer aux voitures et au tennis avec mes amis. D’ailleurs cela m’énervait de voir à quel point mon père et mon frère étaient liés comme les doigts de la main quand ils discutaient ensemble des matchs à venir, des prestations des joueurs, du Mercato…

Le pire était le moment du match, tous deux rivés sur l’écran, pendant que moi, je m’ennuyais à ne pas comprendre pourquoi ! Un engouement tel que j’ai cessé d’y prêter attention…

Dans la vie de mon père, il a eu quatre voitures. Je crois que les quatre voitures ont eu l’écusson de la Juventus sur le pare-brise arrière. Quant à mon frère, il avait toute une collection de vareuses anciennes et nouvelles de la Juventus… Un jour, il est même revenu d’Espagne avec le tatouage de la Juve sur son bras, l’ancien écusson et les deux étoiles… Il était vraiment bien fait… Mais je trouvais ça vraiment un peu de trop exagéré…

Et puis un malheur est survenu en 2003. J’ai perdu mon frère de 26 ans alors que je n’avais que 17 ans… Le pire jour de notre vie… Les mois sont passés, les années se sont écoulées, le drame et la dépression s’étaient installés. Papa ne regardait plus les matchs. Papa n’avait plus d’envie. Papa manquait d’un fils auprès de lui. Il ne parlait plus de foot, d’ailleurs il ne parlait plus de rien…

Nous n’avions plus aucune attache familiale au point de perdre ma mère en 2006 suite au chagrin de la vie, insurmontable. Vous me demandez pourquoi je parle de ça, quel est le rapport avec le site, avec les critiques négatives qu’on n’arrête pas d’entendre, de tous les joueurs qu’on maltraite… Je dirais…aucune, mais je continue…vous verrez.

Quand mon frère est décédé, je suis parti voir le tatoueur de ma région, pour obtenir le même tatouage que mon frère à une exception près… j’ai rajouté une troisième étoile pour lui, pour le manque qu’il y a dans ma vie, dans nos vies… Quand l’été approchait, bien souvent j’étais vêtu d’une petite blouse sans manche. Du coup, on me disait de temps à autre « ahhh Forza Juve !!! », alors que non, pas du tout. Je prenais le temps de raconter ma petite histoire… mais à force de dire la même chose… je me suis lassé.

Un jour j’ai commencé à regarder la Juve, à lire son histoire, petit à petit… au début je regardais mais j’étais incapable de dire un nom ou prénom… hormis Del Piero, Nedved, Buffon. Je n’arrivais pas à dire Estigarribia, Quagliarella ou Chiellini…

Mais ce n’était pas ça le plus important pour moi, le plus important était juste de tisser le lien perdu de ma « famille » … de tisser un lien entre mon père et moi, lui redonner un peu le goût de se trouver là avec son autre fils, regarder les matchs, lire la gazette, fouiller les dernières infos, discuter, apprécier, mais surtout parler, échanger de temps à autre, comme on le fait lors du mercato…

Je dois vous l’avouer, au début, j’ai eu du mal à m’accrocher au sport. Au début je regardais la Juve et ne tenait pas compte des autres équipes… Tout ce qui me tenait devant cet écran était le fait que chaque jour un peu plus, mon père s’approchait lui également de cet écran à mes côtés.

Aujourd’hui nous sommes en 2014, après trois années de travail intense, je suis arrivé à cette finale et je l’ai gagnée… Comme une coupe d’Italie. J’ai dû faire des choix, des concessions, j’ai pleuré, à certains moments, de mes échecs. Mais je me suis toujours relevé…comme le départ de Del Piero et sa renaissance à Sydney.

J’ai dû travailler la tactique, la technique, la défensive, l’offensive… Comme Antonio Conte le fait tous les jours. J’ai eu mal, très mal, mais je n’ai jamais abandonné, Comme Simone Pepe après avoir été blessé. Et je me suis battu, pour récupérer le peu de vie qu’il me restait avec mon père… Comme tous ses joueurs qui se battent pour leur propre famille.

Parfois je suis contre lui et ses idées préconçues…mais j’accepte tous les choix. Parce que je le respecte, comme un vrai tifoso devrait respecter la Vieille Dame. Accepter les choix et garder les insultes au placard ! Il est facile d’insulter un joueur n’est-ce pas??? Mais n’oubliez pas que vous insultez toute l’équipe car la Vieille Dame se veut unie.

Aujourd’hui, lui comme moi, sommes devant l’écran chaque weekend, chaque jour de Champion’s League, accros et déterminés à suivre cette Juventus qui m’a offert bien plus que des victoires et deux scudetti…

Je n’ai plus mon frère, mais j’ai une Juve qui me rappelle chaque moment tv entre lui et mon père… Et quand papa et moi, nous regardons un match de la Juve, il y a toujours une place sur le divan de libre, car nous savons qu’il est là avec nous… Et c’est avec fierté que les jours de match chez moi, il y a trois étoiles devant l’écran.

Moi, Papa et Romano…

Je t’aime frangin

Je t’aime papa

Je t’aime Juve

Alors un grand merci à tous, tous ses joueurs qui sont à la Juve… ou qui ont été joueurs et quoi que vous soyez devenus, que vous ayez écrits de grandes ou petites lignes, sachez que vous avez existé comme a existé mon frère. Alors merci.

Juventus Ti Amo per Sempre, fino alla fine

 

Vous aussi, envoyez-nous votre lettre/article/coup de gueule à l’adresse webmaster@juventus-fr.com !